Coeur

Je me suis réveillé avec le cœur brisé. Atomisé.

Les conditions optimales d’adhésion semblaient pourtant réunies: de l’eau chaude, à voir et à manger. Mais cette douleur à la poitrine.

 Comme un miroir volé en éclats, plantant un millier d’échardes dans ma chair, sectionnant mon aorte, les gouttelettes de sang perlant ici et là. Une réflexion carmine à l’infini.

Si seulement c’était la première fois: cette sensation de perforation se reproduit, à l’identique, chaque fois. Et le mystère demeure entier.

Le cri du cœur d’un personnage réclamant une histoire qui martèle aux portes de mon inconscient.

Une nausée existentielle partie se réfugier en mon sein.

La mort composant un sinistre prélude.

Qui sait.

Contrairement aux pierres et aux billes, les puzzles n’ont jamais vraiment été ma passion. Je rassemble les pièces, tant bien que mal. Le gros ne rentre nulle part. Je vais m’en débarrasser. Assez tergiversé. Et s’il faut couper, soit !

On trouvera bien un peu de colle pour faire tenir le tout. Jusqu’à la prochaine fois. Il manquera sans doute quelques pièces. Peu importe. Un ensemble plus compact, plus dur ne pourra être que plus performant…non ?

© Soraya Nigita 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.