Les Mots de So

Les maux de so! (tome 1)

La recherche d’un co-locataire n’est pas une mince affaire. Cela faisait des mois que je remuais ciel et terre, que je scrutais l’horizon à travers mon double vitrage en plexiglas, en quête du compagnon d’appartement idéal. Je nous voyais déjà, un duo complice bondissant au ralenti sur une bande sonore estampillée « eighties », partageant tout, les factures d’éléctricité comme les pantoufles. Mes illusions s’étaient vite envolées… Une fée avec une dent (voire la mâchoire entière) contre moi avait lancé la poisse à ma poursuite. A bout, je me retrouvais à pleurnicher dans ma choucroute du soir, qui, soit dit en passant, semblait avoir macéré depuis 1987 dans une baignoire remplie de crapauds…

J’en venais à regretter l’une des premières candidates que j’avais reçu. Nous avions bien accroché au téléphone. Il faut dire que nous portions des pulls à grosses mailles. Je la reçus autour d’un café, boisson qu’elle lorgna pendant dix bonnes minutes avant de sortir une courge de son sac en toile et d’y planter une paille. La jeune femme semblait très attachée à son régime et plus précisément, à son caractère macrobiotique. Après trois-quarts d’heure de sermon alimentaire sur les vertus des alpha et des béta sur le méta-organisme et des pommes cueillies à l’arbalète, sentant que la température de mon front atteignait des pics sans précédant et n’en pouvant plus du bourdonnement que provoquait son insupportable timbre de voix au sein de mes délicates feuilles de choux…c’était surtout des ANTIbiotiques qu’il me fallait. Les mains en position de repli sur mes oreilles, je la raccompagnais jusqu’à la porte, que je claquais derrière elle alors qu’elle se mettait à louer son superbe parallélisme…je me félicitais surtout de son efficacité en matière d’isolation en tournant le verrou à double tour.

En vidant les restes de mon repas mutant dans un tuperware en forme de coeur, je me remémorais cet autre « cas ». Le rendez-vous avait été fixé d’un commun accord pour 16h. A 16h30, il ne s’était toujours pas présenté. Il n’avait laissé aucun moyen de le joindre. Vers 18h, je décidais qu’il avait dû trouver autre chose, ou tout simplement oublier notre entretien. A 19h, je savourais mon gratin de pâtes réchauffé à l’athanor barbiesque qui me sert provisoirement de réchaud en attendant mon entrée dans le 21ème siècle avec l’achat d’un micro-onde. Autour de 21h, après m’être insurgé contre le contenu de mon programme télé, je plongeais (façon de parler) dans un bon bain bouillonnant. Je jouais avec l’ornithorynque en mousse qui me vient de mon arrière-grand père du côté maternel (celui qui réparait des carlingues sur les navires fantomes des parcs d’attraction à travers le Mid West) lorsque par-delà les exhortations de Kurt pour que je « come as you are » depuis le poste de radio, il me semblait entendre un sifflement familier. Quelques ploufs ploufs avec mon joujou plus tard et je reconnu enfin la sonnerie de mon entrée merveilleusement géométrique.

Bondissant de mon refuge aquatique émaillé…frôlant l’espace d’un instant un avenir paraplégique, j’enfilais un pyjama décent et me dirigeais d’un pas intrigué vers la porte. Le judas ne me fournissant aucun élément de réponse probant quant à l’inconnu se trouvant outre, je me vis contraint d’ouvrir, me munissant toutefois d’une boîte de traitement antiglycémique colossale que m’avait légué une collaboratrice ayant succombé des suites d’une pédicure rose fauve. Mes instincts paranoïaques reprirent le dessus, mais c’est d’un simple « entschuldigung » que se présenta notre homme. « Certes », trouvais-je le courage de sussurer en reposant la massue médicamenteuse, après avoir jugé la grande asperge répugnante oui, mais guère à l’allure psychotique. Si j’avais eu l’audace de lui gratter le ventre, on l’aura sûrement vu friser de la moustache et pousser un ‘miaou’ béat. Le girafon me tendit ses références (il s’avéra, après d’intenses séances de décryptage de sa plume patte de mouchesque, qu’il se contentait d’humbles autoréférences). Après remise du précieux document, son oreille se mit à frétiller (littéralement) et il prit la fuite tel un végétalien à la vue d’un jaune d’oeuf…

J’entendais au loin la gardienne en bas de la cage d’escalier, au niveau du salsepareillement des boîtes aux lettres, prononcer un « oukekentinérelou » billeux, insulte de son cru qu’elle réservait aux individus qui se prenaient régulièrement pour des nyctalopes et qui renversaient les poubelles soigneusement disposées au pied des marches, obstacle indiscernable sans l’assistance de la minuterie.

Les bras plongés jusqu’aux coudes dans de l’eau savonneuse, râclant les casseroles de mon voisin de palier (en échange de l’usage exclusif de sa trotinette trois fois par semaine), je me remuais les méninges pour tenter de sortir de ce gouffre: l’ambiance dans l’appart’ se faisait oppressante. On en était arrivé au point où même les plantes vertes ne m’adressaient plus la parole. Tout recours semblait désormais envisageable: kidnapping, corruption…TOUT, y compris une petite annonce sur myspace…

© Soraya Nigita

2030

les maux de so! (tome 2)

Apres-midi en famille

Il macérait dans un bain de sang comme une hampe de bœuf dans son coulis de yaourt.

Le tapis persan du salon était en berne, la veuve agitée. Au bout de trois heures, elle n’avait pas réussi à localiser son dentier.

J’hésitais entre une tasse de café, une cigarette ou un remontant. Étant de nature plutôt indécis, j’optais finalement pour les trois et manquais, dans la précipitation, de mettre le feu aux rideaux qui, avec le nouvel aspect purpurin du sol, ne juraient plus avec le reste de la pièce.

« Mais enfin, ne vient-il à l’esprit d’aucun de vous d’appeler les autorités ? De convoquer la police ? Que sais-je encore… », s’écria une voix.

Nous nous tournâmes et nous contorsionnâmes dans tous les sens. Après cinq minutes d’une valse des autruches des plus maladroites et infructueuses, Madame de Flyod – dont les oreilles de lutin lui conféraient des facultés auditives hors norme – indiqua du bout de son index diamanté le paravent.

L’assemblée se tut. Seul un mystérieux claquement à intervalles réguliers ponctuait la scène.
Une demi-moustache émergea de derrière le triptyque en marqueterie, puis la deuxième moitié et je reconnu enfin Madame Ernestine.

Son teint de mimosa des champs virait au pistache. Une mèche folle et grasse recouvrait son œil en verre. L’ancienne meneuse de revue était manifestement émue, sa jambe en bois vibrant au rythme effréné de spasmes erratiques.

Le colonel, qui jalousait secrètement sa cousine, recourba soigneusement une pilosité fantasmagorique avant de réagir. « Les autorités, chère madame. Mais pourquoi donc ? ».

Ernestine fronça ce qui restait de son sourcil gauche. « Mais pour le cadavre voyons ! Le cadavre ! Mon frère Jacques ! »

Mamy Sterick lâcha son tricot.

« Mais enfin Ernestine. Reprenez-vous. Vous voyez bien qu’il dort ». S’adressant alors à la masse de chair qui avait offert au parterre environ quatre jéroboams d’hémoglobine depuis midi, « Frère Jacques, Frère Jacques, dormez vous ? ».

Hortense, réputée pour son approche progressiste, notamment en matière de médecine et d’auto-prescription, s’approcha du fripon et planta d’un geste vif une des aiguilles à tricoter de Mamy Sterick quelque part entre les oreilles et la carotide.
(J’aimerais être plus précis mais n’ayant guère été un élève d’une assiduité exemplaire en cours d’anatomie…)

« C’est une technique venue de l’Est », expliqua la jeune femme.

« Ah ces Alsaciens », soupira Bernadette en roulant ses yeux de merlan frit dans une soucoupe de farine.

« Vous vous fourvoyez très chère sœur. Je suis certaine qu’un bon cataplasme suffira à rétablir les fonctions du frère. Vous voyez bien qu’il souffre d’une absence latente de mitochondrie. Quelques lavements, quelques saignements, un bon verre de cognac et il n’y paraitra plus.»

De toute évidence Hercule n’avait pas fait le poireau en cours de biologie lui. Ni avait-il succombé aux multiples extases du tableau de classification chimique et déçu sa famille en devenant un éthéromane notoire, connu pour son abus de substances antidiurétiques. J’avalais une gorgée de fumée.

« Heureusement que nous vous avons mon ami », susurra le Père Jacques entre trente-six dents d’une blancheur albâtre, directement importées de Dallas et intégralement façonnées à partir de l’ivoire de pachyderme le plus prisé au monde.

La veuve, qui n’avait toujours pas récupéré son dentier lui lança un regard noir, puis rose, puis vert pomme, puis pailleté à papillons, avant de jeter son dévolu sur une monture d’aviateur vintage.

La bonne, Vera, entra, l’air effaré, hagard, épuisé, les joues striées de maquillage, le bourgeron maculé de traces rouges.

Elle tituba jusqu’au piano avant de s’effondrer sur une clé de sol.
« Monsieur, faites quelque chose ! ».

La population masculine du salon attendit, stoïque, qu’elle précise l’identité de son interlocuteur.

Au bout de cinq minutes, Hercule prit le taureau par les cornes. L’ayant émasculé dans la plus pure tradition ibérique, il s’enquit auprès de Vera quant à l’origine de son malaise.

Elle se trouvait à présent logée entre la clé de do et de mi.

« Je suis à bout monsieur.» Techniquement, il lui restait en réalité encore 2 octaves.

Jacqueline sortit les violons.

« Voilà bientôt une heure que je suis en lutte. »

Gertrude, qui venait de remarquer les marques sanguines sur l’uniforme de la domestique, fit un pas en arrière et rejoignit Ernestine derrière le paravent.

« La Charlotte a succombé. »

« Toutes mes condoléances », articula Bernadette entre deux bouchées de légumineuses.

« Sans prétention aucune ma chère, je vois bien que vous souffrez, mais a ma connaissance…de quelle Charlotte parlez-vous ? ».

Je partageais la stupéfaction herculéenne : Bernadette continuait à réduire son souper en une masse putrescible, Ernestine et Gertrude jouaient les troglodytes, tandis que Jacqueline tentait de résoudre un épineux problème de sillet…mais aucune « Charlotte » en vue.

« De la Charlotte, voyons. »

La répétition peut aider dans de nombreuses circonstances à la clarification des faits. Ce ne fut aucunement le cas ici.

« Certes. Je vois fort bien », acquiesça Hercule qui au contraire, avait l’allure déconfit d’une cerise griotte naufragée sur une île cannibale en pleine tempête. « Quel est son nom complet ? Que voulez-vous que nous fassions ma chère? ».

« Charlotte aux fraises. Page 45 du Recueil des Entremets de nos Contrées. Je souhaiterais que l’on me rende le couteau», elle haussa les épaules en direction de celui qui avait volé la vedette au dessert.

« Ah oui. Certes. Fort bien. »

« Le commissaire arrive. Il est à l’aréoport tonton Hercules », annonça le petit Augustin, triomphalement perché au sommet de la balustrade, prêt à s’élancer -tel un naja sur un trugule tacheté a plume- vers le chandelier en Crystal d’Ankara, l’un de ses nombreux exploits athlétiques.

« A l’aéroport ? Mais ou cessera donc la décentralisation ? », s’exclama le Colonel.
« Lorsque le planisphère aura rangé les armes et que l’iguane régnera en maitre aux côtés de l’antilope ». Monsieur le Commissaire aimait soigner l’aspect prosaïque de ses entrées.

« Je me présente. Jules César, Commissaire Additionnel de la Division Départementale Détachée au Rapatriement Exécutif en Sous-traitance ou C.A.D.R.E.S. . »

« Enchantés », fut notre accueil en chœur, suivi d’une brève mais mouvante interprétation de « O’ Jour Heureux ».

« Voici mes adjoints Titus et Brutus. Ils m’assisteront dans cette enquête. Nous avons fait long voyage. Indiquez- nous les toilettes et préparez-nous un café. »

Né de l’amour interdit (par le décret 8451 de l’année 1845) d’une cagole et d’un Viking, Jules avait la réputation d’être franc parleur. Il avait eu d’autant plus de mal à se faire à la transition vers l’euro.

Une fois que chacun fut enfin à son aise, nous savourâmes ce qui restait de la Charlotte.

« Et le défunt ? », demanda enfin Jules en s’essuyant vigoureusement les doigts sur la nappe en peau de hérisson.

« Ce pauvre Jacques. J’avais fini par l’oublier », sourit Jean-Alphonse.

« Encore un mojito ? »

Sur fond de fracas de verres, Hugues-Bartholomée tira le portrait de la victime.

« Jacques. Il est…enfin, avait le titre de mari, père, frère, cousin et parfois sorcière bien-aimé(e). Sagittaire ascendant Verseau, descendant de Jeanne aux Pieds Plats et de Baptiste le François Hardi, il aimait les longues balades sur la plage au coucher du soleil, les bébés chiens et la terrine saumon-épinards. Il portait une cicatrice à l’omoplate qui datait d’un vertigineux accident de balançoire. Grand collectionneur de frettes et de blettes, il obtint son brevet des collèges à quatorze ans avec mention peut mieux ranger son casier. »

« Comme moi patron ! », se réjouît le frêle Brutus.

« Tout le monde sait que t’as pougné », marmonna Titus dans sa barbe à papa, avant d’avaler d’une traite son breuvage de prédilection. Un café provenant de l’Etat de Lambda, situé dans le delta de Beta, estampillé commerce équidistant, où se pratique de manière quotidienne, en toute impunité, et sans scrupules, le blanchiment d’oignons.

« Tout cela est fort utile et ne manquera pas de figurer dans le procès-verbal, mais, entre nous, avait-il des ennemis ? », sonda l’agent.

« Qu’est ce qu’il dit? », interpela Mamy Sterick, dont la deuxième aiguille à tricoter avait largement facilité le partage du repas en cette navrante époque de pénurie d’argenterie.

« Il veut savoir ou Jacques lavait ses brebis ».

« Sous la grande arche Monseigneur », répondît la vieille bique, « sous la grande arche, avec les crapauds et les plants de… ».

Avant qu’elle n’eût le temps d’achever sa phrase, Eduardo, le valet, qui venait de servir le dernier mojito à Augustin (son fils né d’une liaison putride avec Ernestine lors d’une prise d’otage a Stockholm), exécuta un splendide tango au son strident d’un dentier. En toute logique, celui de la veuve binoclée, qui n’avait rien perdu du mordant de son staccato, malgré un séjour prolongé entre deux langues de chat au sein du gâteau éventré.

Tonnerre d’applaudissements et pluie de fourchettes comme l’exige le douloureux protocole régional.

Reconnaissant à sa femme d’avoir ramené son gilet pare- balle de chez le teinturier la veille, César reprit l’interrogatoire.

« Qui fit la découverte du corps ? »

« Je crois qu’il s’agit de Mademoiselle », s’esclaffa Jean-Alphonse.

« Veuillez décliner votre identité Mademoiselle », ordonna Julio.

« Vera Vera Veram Verae Verae Veras Verae Verae Veras Verarum Veris Veris »
« C’est Vera Pied, notre bonne. Ravissante mais simple », ajouta J.-A.

Simple. Je manquais d’étouffer sur ma langue de chat. Facile à dire. Il n’était pas empêtré dans les mailles d’un imbroglio sentimental, plus inextricable encore que ces spaghettis velues de pelotes en mohair maniées à la baguette chinoise par la tricoteuse vétérane de la famille Sterick.

« Quelle était la profession de la victime au juste ? », poursuivit l’enquêteur dont la veine frontale avait doublé de volume, signe probable que sa patience arrivait à saturation, voire à ébullition.

« C’était un éminent expert en architectonique. »

« Ah très bien : l’art et la science de la construction tel qu’il a été défini par Aristote», acquiesça notre Jules.

« Art de la science et de la construction défini par machin-chose. Paroles en l’air, paroles sans faire! Incapable de monter un tiroir en kit, oui », grommela la veuve qui, pour le plus grand bonheur de tous, avait retrouvé l’usage de la parole en rechaussant sa prothèse.

L’envoyé de CADRES laissa échapper un sanglot hoquetant, Titus noyait son chagrin dans une troisième pinte d’espresso, et Brutus se balançait avec entrain (et le petit Gus) depuis le chandelier.

« Nous n’allons jamais trouver le meurtrier », gémit Sherlock.

« Le meurtrier ? », reprit en canon l’assemblée familiale.

« C’est le monsieur cagoulé en bout de table, près des rideaux enfumés. », répondit Hortense.

La remarque fut approuvée à la majorité absolue par l’assistance.

César frôlait l’overdose d’oxygène à présent. Rassemblant la force nécessaire pour s’éjecter du fauteuil en toile de faon, il fit le tour du meuble conçu avec brio et contreplaqué par une grande enseigne fjordique et s’épongeant le front avec les lambeaux de taffetas qui encadraient les vitraux du salon, empoigna son arme de sévices avec sa main libre.

« C’est bien moi », dussè-je avouer, confondu par une telle accumulation de preuves. « On m’avait pourtant assuré à l’agence que le port de la cagoule assurerait mon anonymat en toutes circonstances. On ne peut vraiment plus faire confiance en personne. »

On m’escorta, les mains menottées, hors de ce lieu.

Un peu plus loin, un spot m’aveugla l’espace de quelques instants et la grille qui se dressait de manière imposante devant le manoir s’ouvrit suffisamment pour nous laisser passer.

Puis le crépitement des appareils photos.

Le tapis rouge. En velours celui-ci.

Une fois le brouhaha dissipé, César fit un clin d’œil à Titus. Titus fit un signe du pouce à Brutus, et ce dernier me détacha les mains.

« T’as eu chaud hein ? », ricana César.

« Quatre heures avec cette cagoule ! J’ai les neurones en cassoulet oui ! »

« Toujours le mot pour rire ! », grogna une voix dont la jovialité forcée ne m’était pas inconnue. « Je t’avais pourtant prévenu que ca serait moumoune vieux! Zen ! Cool ! »

« Sans la prestation digne de Molière de J.C, j’aurais fini comme le gâteau, Pierre. T’as pas idée… ». J’en tremblais encore.

L’assistant adjoint de l’assistant en chef du superviseur se dirigeait vers nous, à bout de souffle.

« Fantastique ton idée Pierre. Les critiques sont dithyrambiques ! On a capté quatre-vingt un pour cent de parts de marché et l’audience ne cesse de grimper.»

Pierre jubilait. Il avait enfin trouvé moyen de concilier sa vie de famille et les impératifs hebdomadaires de la chaîne .

« Monte », me dit-il en tapotant le revêtement cuir de la place du mort.

« Splendide cylindrée », réussi-je à prononcer, encore sous le coup de l’émotion.

« N’est-ce pas ? Elle appartenait à mon feu mon frère Jacques. »

Et au loin, entre le vrombissement du moteur et le crissement des pneus, j’entendais le retour : « Pour éliminer Ernestine, tapez 1… »

© Soraya Nigita 2008

Victor et Mildred (Les Mots de so! – tome 3)

Il tourne la page de son magazine d’une main, s’ausculte la tête de l’autre.

Il frotte sa citrouille de panse à travers un polo dont la maille lilas perd de son teint à vue d’œil, comme un caméléon qui serait tombé dans une marmite de javelle quand il était petit.

Fixant son gros orteil d’un air inquisiteur,  il s’apprête à faire part de sa pensée du soir de la manière habituelle,  en beuglant dans la direction générale de la salle de bain.

« On ne m’ôtera pas de la tête qu’il a une forte connotation phallique ce poster. »

« Mm, si tu le dis », répond, dubitative, la salle de bain.

« Mais enfin, tu ne trouves pas ? Cette navette spatiale…dressée…telle… »

Il scrute une boule de cire auriculaire, un haruspice en quête d’augure.

« C’est quand même une affiche pour le centre aérospatial national. Tu aurais sans doute  préféré des tranches de pastèque»,  s’insurge poliment la salle de bain.

La porte de celle-ci s’entrouvre, exhalant une nuée de vapeur parfumée.

Mildred émerge, rose tant en fragrance qu’en couleur.

Elle imagine des rangées de navettes, leurs coques argentées  suantes, luisant sur les étales du marche de Rungis et manque d’avaler une des épingles  qu’elle héberge précairement au coin des lèvres en attendant de s’attaquer à la pièce montée que constitue son chignon.  C’est une coiffure quelque peu démodée, certes, mais qui réussit encore à intimider les petites jeunettes qui font régulièrement des apparitions au bureau- ces filles aux airs bourgeoisement pouilleux avec leur  Amazonie de mèches faussement folles.

« Quand tu auras fini de jouer au Tetris avec tes bigoudis, hein, c’est l’heure des infos. »

Il peut parler. Il cultive les nouvelles tous les soirs, mais a, inéluctablement, les circuits en jachère le lendemain au réveil.

Elle active le bouton de la bouilloire et presse une moitié de citron dans un verre. Il paraît que ça nettoie le système, que le concentré de jus acide désincruste ces vilains dépôts graisseux qui mettent en alerte le tableau de bord de l’organisme. Si une petite pigiste l’a trouvé sur Internet et en a fait un dossier spécial dans Confitures et Compotes Actuelles, ça ne peut être que vrai.

En attendant, elle adosse sa carrure rondelette contre le cadre de la porte et fixe la partie luisante au sommet du beau crâne dégarni de sa tendre moitié.

Même de dos, de mémoire, elle devine les altérations de sa physionomie. Le corps tendu tel un jack russell pressentant la livraison à domicile d’une juteuse cuisse de facteur, l’expression moite et pendante d’un bovin immortalisé à jamais au creux d’une stalactite.

Madame. Monsieur. Bonsoir.

« Chuuuuut ! Ca commence ! », siffle– t- il,  brassant mollement l’air comme si le souffle généré suffirait à  expédier sa mie aux confins de la commode la plus proche.

Elle touille tranquillement son jus de citron, laissant résonner sa cuillère sur les bords de la tasse stratégiquement : juste assez pour que cela n’ait pas l’air intentionnel, mais suffisamment pour percer le silence  précédant le premier reportage et sa bande son de casseroles en pagaille.

Prix de la betterave à la hausse, prix du baril à la hausse, prix du tabac à la hausse, prix du pain à la hausse, prix de l’électricité à la hausse, prix du gaz à la hausse, prix du rhododendron à la hausse, prix de l’os à la baisse.

LE GRAND DOSSIER DE CE SOIR :

Ce soir, le hamster d’Amné, ennemi public numéro un des crèches et des sous-bois, passera la nuit derrière les barreaux.

Cela faisait plusieurs mois qu’hommes, femmes et enfants désertaient les plaines verdoyantes, parcs, champs, jardins, et autres espaces bucoliques, d’ordinaire synonymes de plaisir et détente, par peur de faire sa malheureuse rencontre au détour d’un buisson.

Tout débute le 8 juillet, un mercredi après-midi comme les autres.

Retour sur les lieux du drame.

Le petit Callan, 6 mois, somnole dans son landau aux alentours du Jardin Botanique. Les témoins de la scène rapporteront que c’est alors qu’on rongeur surgit d’un plant de choux pourpres. Il s’empresse ensuite de bondir sur le nourrisson et le mord jusqu’à ce le banc voisin se plaigne des cris.

Grièvement blessé et hospitalisé in extremis à la Pitié, l’enfant disparaît mystérieusement du service de réanimation où il était pris en charge depuis l’attaque.

Chef  d’Interpol, Marcel Jones : « Une alerte lancée au niveau international nous a conduit à la Supersize Belt. »

C’est en effet vers la capitale transatlantique de la restauration rapide que convergeront MI6, Interpol, CIA, ACME, V8.

Chef Jones: « Grâce à la mise en œuvre d’équipement à la pointe de la technologie, notamment Google Maps, et des séances de brainstorming intenses, effectuées allongés tête-bêche dans le lobby du Hilton, nous avons réussi à localiser l’enfant au creux d’un cratère de comète. »

Miraculeusement en vie, l’enfant ne présente aucune trace, ni physique, ni psychologique, de son périple.

La mère du petit Callan, en revanche, souffrirait de dépression post-traumatique, un état jugé normal par les spécialistes au vu des épreuves qu’elle a dû surmonter. Plus inquiétant serait son refus de reconnaître comme sien l’enfant retrouvé au Kansas, dont l’ADN a pourtant été confirmé.

Les autorités cherchent à présent à contacter le père ou la famille du jeune survivant. Pour toute information susceptible de les assister dans cette démarche, veuillez composer le 1300-SOS-CALLAN.

Callan et sa mère ne sont que deux des nombreuses victimes du hamster fou. Les autorités estiment à plus de 300 les cas enfants, âges entre 3 mois et 7 ans mutilés par le mystérieux mammifère.

Horace le Hamster Vorace, comme l’a surnommé la presse, a enfin été appréhendé hier soir, dans un champ de maïs radioactif, par des Martiens militants anti-OGM alter-universalistes.

(Concerto pour casseroles bis)

A suivre, la météo…Un nuage de météorites à prévoir sur Neptune dans la nuit, Fabrice ?

Effectivement Françoise, 3 876 météorites devraient s’abattre sur le sol Neptunien entre 21h30 et 21h32, causant le décès prématuré de 453 897 Neptuniennes et Neptuniens. Les secours ont été dépêchés sur plablablablablablablablabla.

Il ne reste plus que quelques miettes de pulpes au fond de la tasse, miettes qu’elle tente d’attraper avec des ongles qu’elle n’a, hélas, plus. « De plus en plus précises leurs prévisions, dis donc. »

Il lampe sa chicorée, la mort dans l’âme.  « Tous les jours, c’est pareil : pluie toxique, chômage, mutants psychotiques, guerre des mondes. »

« Mais non, souviens-toi hier, ce charmant sujet sur ces tortues karatekas. »

« Tu confonds avec le dessin animé, Poupette. »

Elle grince des dents. Elle aurait du laisser ce grizzly le dépecer lors de leur partie de camping improvisée au Groenland. Poupette. Fourbe. Elle serait chef du service de cytologie pathologique à l’heure qu’il est. Et dire qu’elle lui a consacré les meilleures années de sa…

« Il reste du café, Poupette ? »

« Grrrrrr. L’équivalent d’une tasse, oui. Mais il est probablement glacé maintenant, chéri. » …comme ma réponse, chéri.

Il lui lance un regard noir qui, heureusement, n’est pas chargé. S’il l’avait été, la balistique aurait eu à  faire un petit crochet par chez eux avant d’aller examiner l’imminent gruyère Neptunien.

L’atmosphère est volatile.

Il temporise. Apres tout, elle l’a sauvé des griffes de ce grizzly lors de leur partie de camping improvisée au Groenland.

« Tu sais bien que je m’en occuperait moi-même, mais mon magnétron est en panne, et ma cire auriculaire indique que mes niveaux d’alimentations sont bas. Tu peux te charger du café ma mie ? »

Il manie le roucoulement à merveille. Elle n’est pas dupe. Nonobstant, elle décide de céder.

Elle entrouvre son peignoir, et dévisse la paroi en titane qui renferme l’unité de cuisson micro-ondine abdominale à usage personnel.  C’est bien connu, les cyborgs femelles ont une espérance de vie plus importante que les mâles de simulation humaine.

« Il a bon dos ton ventre…Tu le veux bouillant ? Trente secondes, ou… ? »

« Vingt-sept. Et puis tu pourrais te charger des restes aussi, pendant que tu y es ? »

© Soraya Nigita 2009

2 pensées sur “Les Mots de So

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.