Mots de so 4, Episode 2: “Poulpe Fiction”

Dans les profondeurs de la Seine « il » vivait, plus ou moins paisiblement, à l’exception des suicides quotidiens. De temps à autre, un chauffeur de car oubliait le frein à main, et c’est alors que la sieste de la mi-matinée se retrouvait interrompue par un plouf fort malvenu.

« Il » devait alors, cahin-caha, composer son baise-en-ville : quelques coquillages. L’accessoire indispensable de la pieuvre bien dans ses tentacules.

Car « il » était une pieuvre, un poulpe, un octopus au jardin secret. Il se prénommait Lerouquin. Cousin germain de la créature du Loch Ness, voilà bientôt dix ans qu’il séjournait au fond de la Seine. Il ne se souvenait plus trop de comment il était arrive la. Dix ans, c’est long pour un poulpe. Surtout au fond de la Seine.

En fait, en dix ans, Lerouquin s’était constitué un réseau. Il était désormais un céphalopode au(x) bras long(s). Enfoui dans un QG composé de vase et d’un savant entassement des boites Ladurée jetées par-dessus les quais par des femmes éplorées à la fin de l’hiver, Lerouquin enquêtait. Il résolvait des affaires, il retrouvait des personnes disparues, il explorait les tréfonds psychologiques des psychopathes et trifouillait des plâtrées de pâtes aux saucisses.

Au moment où nous le retrouvons, Lerouquin est plongé dans des archives télévisuelles.

… la suite au prochain épisode de Poulpe Fiction…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.